Un CV australien bien traduit, correctement présenté et hiérarchisé est un sésame indispensable pour trouver un emploi satisfaisant en Down Under.

MyPerfectResume.com

Que vous soyez à la recherche d’un petit boulot en mode « backpacker » ou WHV (ex : restauration, bâtiment, hôtellerie) ou d’un emploi qualifié en vue d’immigrer en Australie, réussir votre « CV à l’australienne » augmentera vos chances de décrocher un entretien d’embauche et trouver un emploi bien rémunéré.

Gardez à l’esprit que si le CV ne fait pas nécessairement le candidat (et inversement : un bon candidat peu rédiger un CV désastreux), ce document est en revanche le seul critère objectif sur lequel le recruteur se base pour retenir ou écarter des candidats à un poste.

1. Pourquoi investir du temps dans la rédaction de votre CV australien ?

Que vous séjourniez en Australie en Working Holiday Visa ou dans le cadre d’un visa d’étudiant, mieux vaut accepter ce principe immuable : la compétition aux meilleurs jobs est âpre. Vous êtes en en effet en compétition avec les candidats « locaux » et les autres « foreigners ».


Si vous candidatez à une offre de job, votre CV australien est le seul outil  permettant :

  1. De rassurer les employeurs (vous êtes un candidat légitime)
  2. De les convaincre que vous êtes un candidat aux compétences rares et donc prisées (vous êtes LE bon candidat)

Notre conseil : passez du temps et de l’énergie à la rédaction, la composition et la traduction de votre CV : vous ne le regretterez pas ! Faute d’avoir consacré suffisamment de temps à la rédaction de leur CV,  les meilleurs candidats ne sont pas toujours ceux qui au final, sont contactés pour un entretien d’embauche.

2. CV australien : présentation et format

Présentation

Il n’existe pas de présentation « canonique » standardisée du CV australien : celui-ci reprend cependant -dans les grandes lignes- les règles qui prévalent dans la présentation du CV anglo-saxon.

A l’exception des emplois très qualifiés qui requièrent un diplôme spécifique (médecin, ingénieur), les employeurs privilégient les « skills » (compétences) d’un candidat, démontrées par un expérience professionnelle significative et si possible mises en évidence par des résultats mesurables/quantifiables (ex : nombre de clients servis/nombre de cas résolus par semaine, etc.).

De la même manière que vous pouvez attester de votre maîtrise de l’anglais en mentionnant un score honorable obtenu à un test reconnu (Ex : IELTS), n’hésitez pas à fournir des informations chiffrées qui valorisent vos compétences.

Voici les différentes sections d’un CV australien « classique » :

  1. Adresse, numéro de téléphone, adresse e-mail. A noter : la mention du statut (ex : célibataire), de la date de naissance ne sont pas indispensables, de même que l’ajout d’une photo (sauf si pertinent par rapport à l’offre d’emploi). Vous pouvez indiquer votre citoyenneté.
  2. « Career objective » : vous devez décrire en quelques lignes (généralement une seule phrase) le type de job que vous cherchez (généralement l’intitulé de l’offre d’emploi) et montrer en quoi vous êtes compétent pour le poste. « A settlement officer position within Financial services where my university studies in Financial management and my work experience in various financial institutions can be utilised.”
  3. « Key skills » ou « Skills summary ». Vous devez énumérez cinq ou six compétences clés -en rapport avec l’offre d’emploi-. Utilisez simplement un titre générique « Excellent communication skills » que vous développez en suite en une phrase. « “Excellent Written Communication Skills – developed at university through… »
  4. « Employment History ». Listez les fonctions (rémunérées ou non) que vous avez occupées dans un ordre rétro-chronologique (de la plus récente à la moins récente). La date est suivie du titre de la fonction occupée puis du nom de l’entreprise ou de l’organisation pour laquelle vous avez travaillé. Utilisez des listes à puces (bullet points) pour décrire chaque tâche pertinente en choisissant le bon verbe d’action en début de phrase (« Devised….., managed…., etc.). Voir notre liste des verbes d’action plus bas.
  5. « Education ». Même logique en moins détaillée. Comprend l’année d’obtention du diplôme, l’école/université ayant délivré le diplôme, et le grade/la mention obtenu(e) si pertinent.

Les 5 sections ci-dessus sont indispensables. Une 6e est également très utile, celles des références professionnelles à même de vous recommander (« Referees »).

Vous pouvez, enrichir votre CV en ajoutant les sections suivantes :

  • « Other education and training » (ex : mentionner le score obtenu à un test d’anglais, la maîtrise d’outils informatiques)
  • « Awards and Achievements » : si vous un titre honorifique vous a été délivré
  • « Interests » : cette section regroupe les loisirs : soyez aussi spécifique que possible
  • « Membership » : si vous êtes affilié à une organisation d’intérêt public

Format

  • Votre CV (version numérique et papier) doit être au format A4 et tenir sur 2-3 pages : penser à numéroter les pages 2 et 3 du CV s’il est long.
  • Utiliser un police de caractères courante (Arial, Verdana, Tahoma, Calibri)
  • Utiliser une taille de caractère de 10-12 pour le contenu, de 14 à 16 pour les titres.
  • Aérer le document (interligne de 1.5, marge de 2-3 cm de chaque côté)
  • Mettre en gras les titres/sous-titres, ne pas souligner
  • Utiliser du papier blanc pour l’impression
  • Préférez l’envoi de votre CV au format RTF (rich text format) si possible, ce format est mieux reconnu par les applicant tracking systems

 

3. Autant de versions de son CV que de candidatures

Une fiche de poste = un CV.
Un CV = une fiche de poste.

C’est une règle d’or. Immuable. Incontournable.

Vous devez composer un CV unique pour chaque poste auquel vous candidatez, en reprenant les éléments de la fiche de poste publiés dans l’offre d’emploi correspondante.

Pour chaque offre de job, les compétences, les qualifications, les circonstances, et au final les besoins de l’employeur varient. Si le détail des tâches est proche, la culture d’entreprise -d’une employeur à l’autre- change également. Ces légères différences nécessitent souvent de modifier le contenu ou la hiérarchie des informations dans votre CV.

Songez également que les différents CV que vous adressez peuvent être lus par le même recruteur ou chargé de recrutement (ex : une agence si le recrutement est externalisé) : celui-ci n’appréciera guère de trouver la même version d’un CV pour des candidatures correspondant à des offres émanant d’employeurs différents.

Cette contrainte ne signifie pas nécessairement qu’il faut remanier son CV pour chaque candidature. En effet, la base reste souvent la même.

4. Choisir les bons mots-clés et les bons « action verbs »

En Australie, la plupart des employeurs et des agences de recrutement utilisent un système de tri informatique appelé « applicant tracking systems (ATS) » afin de pré-sélectionner les CV qu’elles reçoivent  : ce système réagit à la présence de certains mots-clés et expressions clés dans le document et leur attribue ainsi un score de pertinence.

Dans bien des cas, les CV qui ne seront pas jugés pertinents par l’ATS ne seront tout simplement pas considérés.

Alors, comment être sûr que votre CV passe ce système de filtre ?

  • Repérez dans le descriptif de l’offre d’emploi les mots-clés/verbes d’action importants, et reportez le nombre d’occurrences de ces mots dans un tableau
  • Considérez les mots-clés les plus souvent cités (ex : customer service, communication skills) comme des mots-clés prioritaires qui devront d’une manière ou d’une autre, être restitués dans votre CV australien. 
  • Hiérarchisez ensuite la présentation de votre CV en fonction des mots-clés prioritaires figurant dans l’annonce.

Dans l’exemple ci-dessous : certains traits de personnalité apparaissent décisifs dans le processus de sélection des candidats (« outgoing individuals, fun and confident personality, positive attitude »)

repérer-mots-cles-cv).

Le CV devra « traduire » ces éléments  : comme il s’agit de traits de personnalités, privilégiez les expériences valorisant  les qualités de communication interpersonnelle dans la section consacrée à votre expérience professionnelle. Celles-ci peuvent être des compétences secondaires dans une mission qui vous a été confiée : mais elles sont prioritaires dans ce type d’offres.

Appuyez-vous sur votre lettre de motivation (cover letter) pour reprendre textuellement ces compétences : celle-ci est fait pour ça.

Les verbes d’action (action verbs) d’un CV sont très importants dans l’impression générale que l’employeur se fait des qualités d’un candidat. Ces verbes d’action sont souvent contenus dans le descriptif de l’offre d’emploi dans les critères de sélection du candidat (ex : « must know how to manage and organize… »).

Utilisez les verbes d’action ci-dessous dans votre CV !   Voici une liste non exhaustive ici.

Exemples de CV australiens

Consultez le site du « Department of Training and Workforce Development » d’Australie-Occidentale. Celui-ci liste des modèles de CV pour différentes situations de recherche de jobs : CV pour travailler dans les mines en Australie, pour travailler dans le bâtiment ou encore dans la Relation client.

Le site Careerone.com.au fournit plusieurs dizaines d’échantillons de CV : plusieurs professions y sont représentées dans différents secteurs (banque et finance, relation client, santé, administration et comptabilité, ventes, etc.). Vous y trouverez également des trames de CV différentes selon le niveau d’expérience des candidats : certaines mettent en avant les compétences par rapport à l’expérience, d’autres se focalisent davantage sur l’expérience professionnelle.

Le site de l’Université de Monash dispose également d’une mine d’exemples de CV par métier : de l’enseignement à l’ingénierie en passant par le métiers du droit.


MyPerfectResume.com

Article de Laurent Ozn'Z

Expert de la recherche d'emploi à l'international, passionné par l'Australie et la Nouvelle-Zélande, je suis le créateur de Australienzelande.fr et Travail-Australie.fr, deux sites consacrés aux opportunités de travail et d'immigration en Oz et NZ. Je suis l'auteur du guide "Médecin en Australie" (107 pages, 2015), guide d'orientation professionnelle pour les médecins francophone souhaitant exercer et émigrer en Australie. Si vous souhaitez témoigner sur ce site, y apporter votre contribution ou partager votre expérience, contactez-moi : http://australienzelande.fr/contact

Sur le même thème

Commentaire (1)
  1. By Louvet

    Bonjour,

    Je m’appelle Fabien, je suis ingénieur électricien tertiaire, je cherche à poursuivre ma carrière en Australie.

    J’ai donc lu votre site internet, comme beaucoup d’autres, mais je vous avouerai que j’ai trouvé le vôtre très pertinent et concret.

    Je m’en suis donc beaucoup servi (ainsi que ces liens) pour établir mon CV.

    Merci pour les renseignements figurant sur votre site.

    Cordialement

    2554semaines | | Répondre

Laisser un commentaire