Booking.com

Alicia voyage actuellement en Nouvelle-Zélande dans le cadre d’un Visa Vacances-Travail. Elle s’est arrêtée à Auckland, la plus grande ville du pays, où elle a trouvé un petit boulot. Dans cette interview accordée à Australie n’ Zélande, elle partage son expérience sur sa recherche de job à Auckland, donne des précisions sur les salaires et les formalités pratiques, et livre quelques astuces pour se loger à Auckland, lors d’un séjour en PVT (ou Working Holiday Visa).

 

Australie n’ Zélande – Pouvez-vous vous présenter, et détailler le parcours qui vous a amenée jusqu’en Nouvelle-Zélande et Auckland ?

Je suis Française, diplômée de sciences po Lille depuis 2011. A 24 ans, je n’ai qu’une courte expérience professionnelle dans le journalisme et la communication, mais je rêvais de retourner en Australie où j’ai eu la chance d’effectuer un stage professionnel en 2008 (j’étais alors en WHV).
Une fois mon diplôme en poche, je n’attendais qu’une chose : retrouver l’Océanie. Mais sans la possibilité de renouveler mon WHV en Australie (ce visa est renouvelable sous certaines conditions que je ne remplis pas, voir notre article : comment renouveler son visa vacances-travail), j’ai dû chercher un employeur prêt à me sponsoriser en Australie, ce qui est particulièrement difficile dans le milieu du journalisme. J’ai donc décidé de faire un détour par la Nouvelle-Zélande en utilisant le WHV kiwi.

Australie n’ Zélande – Vous avez récemment trouvé un job à temps plein à Auckland : comment avez-vous effectué cette recherche ? Quelles sont les « règles d’or » à respecter pour décrocher un job selon vous, et les pièges à éviter ?

Pour décrocher un entretien, il n’y a malheureusement pas de recette miracle. Il s’agit souvent d’être au bon endroit au bon moment. Ce qui a payé dans mon cas c’est d’avoir fait beaucoup de porte-à-porte et d’avoir insisté auprès de l’employeur le plus intéressé par mon profil.

Je pense qu’il faut avoir l’air déterminé, montrer que l’on est prêt à apprendre, à s’adapter et rassurer l’employeur quant à son moyen de locomotion. En effet, à Auckland, le réseau de transport est tellement peu développé, qu’il est fortement recommandé d’avoir son véhicule. Lors des entretiens on m’a souvent demandé si j’étais prête à travailler le week-end et si j’étais prête à accepter un emploi du temps flexible.

« Ce qui a payé dans mon cas c’est d’avoir fait beaucoup de porte-à-porte »

Australie n’ Zélande – Quel est le niveau d’anglais exigé ?

Pour un job dans la restauration le niveau exigé est un niveau « fluent », c’est à dire être dans la capacité de comprendre le client et de lui répondre dans un bon anglais. Il faut être extrêmement autonome, courtois et capable de comprendre une grande diversité d’accents anglophones. La connaissance d’autres langues étrangères est également un plus.

Australie n’ Zélande – Coté pratique et formalités : avez-vous signé un contrat ? Comment serez-vous payée ?

Je n’ai malheureusement pas signé de contrat pour le moment étant en période d’essai. Mon employeuse m’a payée par virement sur mon compte en banque néo-zélandais (les formalités sont très simples, même pour un étranger).

Il faut surtout veiller à faire sa demande de numéro IRD (Inland Revenue Department number) afin que vos impôts ne soient pas calculés sur l’indice le plus élevé. D’autre part, certains employeurs et entreprises peuvent ne pas être en mesure de vous payer sans ce numéro.

« Le salaire qui m’a été proposé correspond au smic néo-zélandais qui est de 13,50 $NZ l’heure »

Australie n’ Zélande – D’après votre expérience, quel salaire espérer pour le type de job que vous occupez actuellement ? Est-ce suffisant pour vivre sur place ?

Souvent, le salaire proposé dans l’hôtellerie-restauration est le smic néo-zélandais, qui est de 13,50 $NZ l’heure. Ce n’est pas beaucoup, car en contrepartie, il faut prendre en considération les loyers et les dépenses du quotidien, comparables à ceux d’une grande ville française.

Australie n’ Zélande – L’autre clé est bien sûr de trouver un logement : quelle solution avez-vous trouvé ?

Je vis à Grey Lynn, une banlieue résidentielle située à 20 minutes en voiture du centre-ville d’Auckland. Mon loyer est de 220 dollars par semaine pour une chambre d’une quinzaine de mètres carrés dans une maison individuelle. J’ai fais le choix de vivre en coloc avec une famille kiwi pour le côté convivial et pratique.

Pour trouver un logement, le mieux est d’utiliser le site trademe.co.nz où l’on trouve des annonces pour des locations ou sous-locations, meublés ou non. J’ai visité seulement trois meublés avant de faire mon choix. Plutôt rapide !

Australie n’ Zélande – Votre expérience est particulièrement intéressante, car vous avez donc vécu à la fois à Melbourne en Australie et en Nouvelle-Zélande. Quelles raisons/quels critères vous pousseraient à choisir entre ces deux pays, si vous deviez y vivre ?

Il serait difficile de faire ce choix, car je n’ai visité que l’île du Nord de la Nouvelle-Zélande et n’y ai vécu que deux mois en tout et pour tout.

Ces deux pays me semblent à la fois similaires dans leur rapport à l’identité culturelle et à l’histoire, mais aussi très différents quant à leur démographie, leur économie ou encore leurs paysages.

Au niveau des similarités, ce qui m’a frappé, c’est à quel point l’agriculture et l’industrie du tourisme sont vitales à l’économie de ces deux pays. La nature et la culture maorie pour l’un, et aborigène pour l’autre, y tiennent une place importante, ce qui est toujours enrichissant pour le touriste en mal de dépaysement. D’autre part, il me semble que le charme de ces deux pays tient à la légendaire gentillesse de leurs habitants, leur sens de l’humour et de l’accueil.

Au niveau des différences, je dirais d’abord que les Maoris sont mieux intégrés à la société néo-zélandaise (bien que les tensions soient encore palpables) que les aborigènes au sein de la société australienne.
Sur le plan économique, les deux pays s’en tirent mieux que la plupart des pays européens. La Nouvelle-Zélande a un taux de chômage plus élevé que l’Australie (près de 7% contre 5% en Australie). Toutefois, les deux pays arrivent dans le peloton de tête des pays ayant la meilleure qualité de vie, selon l’index « Better Life » tenu par l’OCDE. Un dynamisme qui attire des milliers d’étrangers chaque année…

Article de Laurent Ozn'Z

Expert de la recherche d'emploi à l'international, passionné par l'Australie et la Nouvelle-Zélande, je suis le créateur de Australienzelande.fr et Travail-Australie.fr, deux sites consacrés aux opportunités de travail et d'immigration en Oz et NZ. Je suis l'auteur du guide "Médecin en Australie" (107 pages, 2015), guide d'orientation professionnelle pour les médecins francophone souhaitant exercer et émigrer en Australie. Si vous souhaitez témoigner sur ce site, y apporter votre contribution ou partager votre expérience, contactez-moi : http://australienzelande.fr/contact

Sur le même thème

Commentaires (2)
  1. By Vincent

    C’est vraiment bien ces témoignages, cela change des sites anonymes qui reproduisent le Lonely Planet.

    2554semaines | | Répondre
  2. By VINCENT MUNOZ

    Bravo, enfin un témoignage qui nous donne envie d’aller en NZ. On comprend mieux l’aspect multiculturel de ce pays. Bonne chance à Alicia pour la suite de son voyage; merci de donner suite…

    2554semaines | | Répondre

Laisser un commentaire