Ebook à télécharger

Australie n’ Zélande – Pouvez-vous vous présenter, et raconter en quelques lignes le parcours qui vous a amené à réaliser ce tour de l’Australie à bicyclette ?

Je suis originaire du Pas-de-Calais, et vis à Toulouse depuis 6 ans. Congé sabbatique en poche, j’ai décidé de partir voyager en Australie et Nouvelle-Zélande pour les grands espaces et la variété des paysages qu’offrent ces deux pays.

L’idée du vélo est venue plus tard. Il y a un côté défi personnel mais surtout l’envie de vivre chaque jour à fond , de réapprendre à apprécier les choses simples tous les jours, pendant 11 mois. Et en solo pour m’ouvrir l’esprit, me laisser surprendre et laisser l’imprévu prendre les rênes.

A noter que je n’ai pas fait le tour de l’Australie à vélo complètement. J’ai choisi d’explorer trois tronçons (côte ouest, nord du Queensland, sud est et Tasmanie, voir l’itinéraire sur le blog de Charles) qui m’ont permis d’aller a mon rythme, de profiter des paysages et de travailler un peu (wwoofing, fruitpicking, etc.). Je ne voulais surtout pas être esclave du vélo. Il s’agissait donc pas d’un défi sportif pur consistant à faire une boucle complète de l’Australie.

Quel matériel choisir pour faire le tour de l’Australie à vélo ?

J’ai acheté mon vélo a mon arrivée à Brisbane (1400 dollars AUD avec équipement et outils). Ça aurait peut-être été plus judicieux de l’amener de France, il faut voir avec les frais de transports.

Pour ce type d’aventure, il faut un vélo robuste : donc un cadre et une fourche en acier, notamment pour supporter le porte-bagage et les paniers (qui doivent être imperméables). Pour l’Australie, un rétroviseur n’est pas du luxe, car beaucoup de routes sont fréquentées par les camions malheureusement.

Pour le reste, du standard : freins à patins ou à disques, roues 26 pouces, pour trouver facilement des pièces de rechange dans les coins les plus éloignés.

En 6500 kms, j’ai juste changé les pédales et le porte-bagage arrière qui porte quasiment tout le poids.

Et pour le reste de l’équipement ?

Il faut le matériel le plus léger et le moins volumineux possibles :

  • Tente résistante, compacte et légère
  • Idem pour le duvet (plumes si randonnées en montagne)
  • Réchaud, popotte, pierre à feu, couverts, lampe-torche
  • Vêtements : longues manches, shorts, chaussures (souples pour vélo, rando), cycliste et poncho (absolument)
  • Outils et accessoires pour réparer : pompe, démonte-pneu, chambre à air et pneu supplémentaire, tout-en-un avec tourne-vis, clé BTR,…
  • Casque obligatoire
  • Trousse médicale
  • Eau et nourriture (conserves et aliments lyophilisés quand pas de point d’approvisionnement avant plusieurs jours)

Quelles sont les galères auxquelles il faut s’attendre lors d’un tel trip à vélo ?

Les galères techniques sont principalement les crevaisons, parfois sous la pluie, à la tombée de la nuit, au bord d’un chantier…

Sinon il faut essayer d’anticiper les gros pépins et changer les pièces qui commencent a se détériorer quand on se trouve dans une grande ville.

Les galères physiques sont peu nombreuses car l’effort a vélo est fluide, il faut juste apprendre à gérer la chaleur et le froid.

Les principales galères sont d’ordre psychologique, par exemple quand il faut enchaîner 5 jours de pluie et/ou de vent de face… Il faut également avoir un certain goût pour la vie en bivouac ! Il est parfois dur également de ne pas avoir de chaise pour manger ou de devoir manger sous la tente pour éviter les moustiques.

Les plus beaux moments de votre tour de l’Australie à vélo ?

Le plus grand moment a vélo, je l’ai vécu dans le désert du Pilbara : entre les éclairs le matin quand l’orage gronde, les points de vue époustouflants sur la Hamersley Range en journée, et la nuit sous le ciel étoilé et les dingos tout près.

Sinon les autres grands moments :

  • Dévaler les pentes de la Great Ocean Road
  • Traverser les champs de fleurs sauvages du Kalbarri
  • Traverser les rivières pour aller à la Carnarvon Gorge
  • Découvrir le plateau Atherton Tableland et la sublime côte est de la Tasmanie.

Les tronçons de route les plus difficiles et les pires moments ?

Jouer le funambule au bord de la Bruce Highway vers Cairns et sur la Capricorn Highway (QLD) et faire face à la monotonie de la West Coast aux alentours de Carnarvon.

Bivouaquer la nuit dans des zones désertiques en Australie, c’est comment ?

Bivouaquer dans le désert offre un grand moment de sérénité après une journée ou le corps et l’esprit sont en ébullition. On profite a 100% du coucher du soleil, du lever du soleil et des étoiles.

Découvrez le blog de Charles : Itinerairebis.top-depart.com

 

Article de Laurent Ozn'Z

Expert de la recherche d'emploi à l'international, passionné par l'Australie et la Nouvelle-Zélande, je suis le créateur de Australienzelande.fr et Travail-Australie.fr, deux sites consacrés aux opportunités de travail et d'immigration en Oz et NZ. Je suis l'auteur du guide "Médecin en Australie" (107 pages, 2015), guide d'orientation professionnelle pour les médecins francophone souhaitant exercer et émigrer en Australie. Si vous souhaitez témoigner sur ce site, y apporter votre contribution ou partager votre expérience, contactez-moi : http://australienzelande.fr/contact

Sur le même thème

Commentaire (0)

Laisser un commentaire