Comment choisir la bonne assurance dans le cadre de votre séjour en Working Holiday Visa ? Cette formalité est essentielle lorsque vous séjournez dans un pays où les frais de santé sont élevés. C’est le cas de la plupart des destinations du programme Visa Vacances-travail.

Le tutoriel ci-dessous vaut pour toutes les destinations du WHV. Vous pouvez donc vous y reporter pour choisir votre assurance quelque soit votre pays de séjour en WHV : Australie, Nouvelle-Zélande, Canada, Japon, Argentine, Singapour, Corée du Sud ou Hong Kong.

Le CAP Working Holiday de notre partenaire Chapka Assurances offre une couverture optimale (frais médicaux, assistance, responsabilité civile) et se distingue notamment grâce  à sa solide garantie  « frais médicaux + d’hospitalisation ».

Le contrat d’assurance CAP Working Holiday Visa de Chapka est proposé à partir de 36 €/mois, à un tarif très compétitif compte tenu des garanties proposées.Australienzelande vous le recommande pour partir tranquille pendant la durée de votre Working Holiday Visa.

Nous vous invitons également à relire les éléments du dossier ci-dessous (cliquer)  :

 

comment-choisir-assurance-working-holiday-visa

Assurances WHV : comment choisir ?

  • Rapport tarif/niveau de couverture : Tenez compte évidemment du tarif mensuel de votre assurance WHV en le mettant en rapport avec le niveau de couverture offert par votre assurance (soins pris en charge, plafond des ramboursements, rapatriement). Ce point de comparaison est essentiel car pour un tarif nettement inférieur, certaines assurances proposent un niveau de couverture supérieur
  • Une couverture adapté aux risques  : tous les risques auxquels vous vous exposez en visa vacances-travail ne sont pas équivalents. Certains doivent être couverts impérativement. Ne lésinez pas avec l’essentiel  : hospitalisation, consultations médicales et soins prodigués sur le lieu de votre WHV et en France, rapatriement, remboursement de frais médicaux après rapatriement, assurance bagages.
  • Faire attention aux plafonds de remboursement : un troisième critère important. Etudiez la différences entre niveaux de remboursement -pour la prise en charge des frais les plus courants- entre les différents assureurs.
  • Faire un check-up santé en France avant de partir  : et oui ! C’est un moyen gratuit, et simple, de prévenir certains risques de santé sur place, et donc de minimiser les risques. Gérer les risques fait aussi partie des critères de choix d’un assureur en WHV. Cela vous permet de vous orienter vers des assurances dimensionnées à vos besoins.

Pas besoin de dépenser une fortune pour s’assurer une couverture optimale contre les pépins de santé et autres risques liés à son voyage. Pour vous aider à trancher, voici un tableau comparatif des offres proposées par les principaux assureurs. Au jeu du  comparatif (ci-dessous), l’offre de Chapka direct se détache nettement dans la mesure où elle offre le meilleur compromis entre tarif (36 € mensuel), niveau de couverture, et plafonds de remboursement.

Article de Laurent Ozn'Z

Expert de la recherche d'emploi à l'international, passionné par l'Australie et la Nouvelle-Zélande, je suis le créateur de Australienzelande.fr et Travail-Australie.fr, deux sites consacrés aux opportunités de travail et d'immigration en Oz et NZ. Je suis l'auteur du guide "Médecin en Australie" (107 pages, 2015), guide d'orientation professionnelle pour les médecins francophone souhaitant exercer et émigrer en Australie. Si vous souhaitez témoigner sur ce site, y apporter votre contribution ou partager votre expérience, contactez-moi : http://australienzelande.fr/contact

Sur le même thème

Commentaires (3)
  1. By James

    Super article 🙂

    2568semaines | | Répondre
  2. By Marc

    Merci pour cet article détaillé. Le choix d’une assurance Working Holiday est en effet très important. Et plus particulièrement le volet médical. Je suis moi-même parti en WHV en Australie pendant deux ans, et n’avais pas souscrit d’assurance.. Lors de la première année, j’ai dû être hospitalisé pour des douleurs abdominales assez importantes. Arrivé à l’hôpital (à Melbourne), on m’a proposé une série d’examens, dont une fibroscopie pour voir ce qui clochait. Je n’ose pas dire la somme engagée, car cela s’élevait à plusieurs milliers d’euros. J’ai finalement été orienté vers un « General Practioner » et me suis retrouvé dans une salle bondée. Après un examen sommaire (5 minutes d’interrogatoire) il a conclu à une gastrite et m’a prescrit des IPP pendant 15 jours. Avec une assurance, j’aurais pu bénéficier de meilleurs soins et éviter de « psychoter » pendant une bonne partie de mon séjour. De retour en France, on a confirmé ce que le médecin avait dépisté, et j’ai pu être soigné. J’ai toutefois vraiment regretté de ne pas avoir pris d’assurance médicale… Je conseille donc plutôt la prudence !

    2568semaines | | Répondre
  3. By Claire

    Pour avoir bénéficié de Chapka, j’ai beaucoup apprécié la simplicité de souscription en ligne et les tarifs bien sûr. Joli récap avec les couleurs !

    2568semaines | | Répondre

Laisser un commentaire